Nous réalisons deux types de stations de traitement des eaux usées : les stations industrielles et résiduaires.

 

Stations de traitement des eaux usées industrielles

Les entreprises doivent impérativement traiter leurs effluents avant leurs rejets en station d’épuration communale.

Les traitements d’eaux usées industrielles sont en général composées de trois étapes : prétraitement des eaux usées, procédés physico-chimique ou procédé biologique, traitement des boues.

Prétraitement des eaux usées

Les eaux brutes doivent subir, avant leur traitement proprement dit, un prétraitement.

Il est destiné à extraire de l’eau brute la plus grande quantité d’éléments dont la nature ou la dimensions constituerait une gêne pour les traitements ultérieurs.


Le procédé physico-chimique

Les procédés physico-chimiques, en utilisant les propriétés des coagulants et des floculants, rendent l’épuration des eaux très efficace.

L’exploitation de ces procédés est en général plus coûteuse et ils produisent davantage de boues. Leur principal avantage réside dans leur réponse pratiquement immédiate à toute variation importante de charge.

Les traitements physico-chimiques permettent de concevoir des stations compactes et de faible encombrement que l’on rend peu apparentes en les incluant dans des bâtiments fermés.

L’expérience montre que la nature et les doses de réactifs sont très variables d’une eau à une autre (coagulant : sels de fer ou d’aluminium, floculant : polyélectrolytes).


Le procédé biologique

Cependant, les procédés les plus répandus pour le traitement des eaux usées industrielles restent les procédés biologiques, déclinés dans des mises en œuvre très différentes entre elles.

L’épuration biologique des eaux fait appel à des systèmes provoquant le développement des bactéries, qui retiennent la pollution organique et s’en nourrissent.

Le recours à cette technique d’épuration biologique dépend cependant de la biodégradabilité de l’effluent.

Les procédés de traitement biologique sont nombreux : bassin d’aération suivi d’un clarificateur, bassin d’aération séquencée (aération et décantation dans le même ouvrage), disques biologiques, biolfiltres, …


Traitement des boues

La composition d’une boue dépend à la fois de la nature de la pollution initiale de l’eau et des procédés d’épuration auxquels cette eau a été soumise.

 

La filtration peut être effectuée sur des lits de sable où l’enlèvement des boues séchées se fait le plus souvent manuellement., ou par filtre presse (avec ajout de polyélectrolyte floculant) qui est adaptée aux petites ou moyennes installations, …

Les boues ayant subi cette déshydratation mécanique peuvent ensuite être incinérées ou séchées thermiquement, conduisant à l’élimination totale de l’eau et à l’obtention d’un produit résiduel dont la masse est la plus faible.

 


Autre procédé

Partout dans le monde, quelque soit la nature de vos effluents, HYDRANET s’engage gracieusement à vous faire une étude et vous indique quel procédé, quel type de station et son dimensionnement conviennent le mieux pour le traitement de vos rejets.


Stations de traitement des eaux usées résiduaires

Les eaux rejetées par les industries et par les villes sont de composition très différentes par nature.

Cependant, nous avons également différencié les types de stations de traitement d’eaux résiduaires suivant la population présente.

En effet, vous trouverez des stations types telles que :

Bases vies, casernes et prisons

Les bases de données par jour et par personne sont : 250 L d’eaux usées, 80 g de DBO5. Ce type de stations doit être en général monté très rapidement et très souvent mobile.

 

Ainsi, les stations de type lagune sont préconisées pour la rapidité de mise en œuvre, le faible prix et la mobilité. Nous pouvons également fournir en alternative des cuves en acier vitrifié. Lorsque la surface de disponible est faible, nous proposons des cuves enterrables en acier peint ou en polyuréthane.

 


Hotels et hopitaux

Les bases de données sont de : 800 L d’eaux usées par jour (par chambre pour les hôtels, par lit pour les hôpitaux).

En général, ces types de stations sont souvent délimitées au niveau de leur surface disponible. C’est pourquoi nous conseillons des cuves à enterrer, facile à transporter et à mettre en œuvre, en acier ou en béton. De plus, les effets liés au bruit sont ainsi réduits.

 

Par ailleurs, lorsque la station devient plus importante, nous présentons également des cuves en acier vitrifié.


Lotissements et campings de luxe

Par expérience, les bases de données par jour et par personne sont: 200 L d’eaux usées, 65 g de DBO5.

Ces données peuvent être modifiées selon le pays. La biodégradabilité des effluents urbains est en général très satisfaisante pour préconiser un traitement biologique. Dans le cas contraire, il suffit de rajouter des nutriments à l’aide de pompes doseuses.

 


Villes et villages

Par convention, les bases de données par jour et par habitant sont : 150 L d’eaux usées, 60 g de DBO5.

A niveau de vie croissant, on constate une augmentation de la charge de pollution par usager et également du volume d’eau usée (le débit d’eau croît d’ailleurs plus vite que la charge, de sorte que les eaux usées ont tendance à devenir plus abondantes et moins concentrées).

 

Les étapes de ces stations sont sensiblement les mêmes que pour les stations de traitement des eaux usées industrielles : prétraitement, traitement physico-chimique ou biologique, traitement des boues. Les dimensions des ouvrages seront différentes par rapport aux ouvrages des stations de traitement des eaux usées industrielles du fait des compositions différentes des eaux à traiter.

<

Nous vous offrons la possibilité de louer tout le matériel nécessaire à vos projets.